Kinyuu.info

Chaque grande et profonde difficulté porte en elle-même sa propre solution

Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 4,5% en 2021

Les émissions de gaz à effet de serre en Allemagne ont de nouveau augmenté en 2021 après la forte baisse enregistrée en 2020. Quelque 762 millions de tonnes de gaz à effet de serre ont ainsi été dégagées, soit 33 millions de tonnes, soit 4,5% de plus qu’en 2020, ont annoncé mardi le ministère fédéral de l’économie et le ministère fédéral de l’environnement. Dans l’ensemble, les émissions ont diminué de 38,7% depuis 1990 en Allemagne, mais l’objectif pour 2030 est une baisse de 65%.

L’augmentation de L’année dernière a été particulièrement constatée dans le secteur de l’énergie, avec une augmentation de 27 millions de tonnes D’équivalent CO2 en raison de L’augmentation de la demande D’électricité, de la baisse de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables et de la hausse du prix du gaz. La production d’électricité à partir d’énergies renouvelables a chuté de 7%, principalement en raison de mauvaises conditions de vent. Dans le secteur des transports et des bâtiments, les émissions ont dépassé les limites annuelles fixées par la loi fédérale sur la protection du climat, comme le montrent les derniers calculs de L’Office fédéral de l’environnement (UBA), qui ont été présentés mardi conformément aux dispositions de la loi fédérale sur la protection du climat et de la Directive européenne sur les énergies renouvelables (RED).

« La réduction des émissions de gaz à effet de serre de 2020 a déjà perdu près de la moitié », a déclaré Dirk Messner, directeur de L’Office fédéral de l’environnement. « Nous devons construire rapidement plus D’installations solaires et éoliennes. Nous devons transformer nos bâtiments en pompes à chaleur et arrêter dès que possible d’installer des systèmes de chauffage au mazout et au gaz.“

Dans le cas des maisons, on peut aussi « réaliser des choses » avec des économies D’énergie, notamment en les assainissant mieux énergétiquement. « Cela aide également à lutter contre notre dépendance énergétique à l’égard de la Russie. »Ici, chacun peut faire quelque chose, dit Messner.

« Chauffer un peu moins, laisser la voiture plus souvent ou, si nécessaire, ralentir.“ En 2021, les émissions ont augmenté dans presque tous les domaines par rapport à l’année précédente. Les données disponibles montrent que depuis 2010, c’est surtout la transition énergétique qui a contribué à la réduction des émissions.

Tous les autres secteurs importants stagnent plus ou moins depuis 2010. Les résultats en détail: dans le secteur de l’énergie, les émissions les plus importantes ont été enregistrées en termes absolus, avec environ 27 millions de tonnes, soit 12,4% de plus qu’en 2020. avec environ 247 millions de tonnes D’équivalent CO2, les émissions étaient encore bien inférieures de 11 millions de tonnes à celles de 2019.

Il n’y a pas de quantité annuelle D’émissions pour 2021 dans la loi fédérale sur la protection du climat pour le secteur de l’énergie. Les émissions provenant de la production de lignite et de lignite ont particulièrement augmenté en raison de l’augmentation de l’utilisation du charbon. En revanche, l’utilisation du gaz naturel à faible émission de carbone a diminué au second semestre en raison de la forte hausse des prix du gaz.

Les principales raisons de l’augmentation de l’utilisation des énergies fossiles pour la production D’électricité sont la réduction significative de 17,5 TWh par rapport à l’année précédente, en particulier la réduction de la production D’énergie éolienne, et une augmentation de la consommation brute d’électricité de 13,5 TWh. Environ 148 millions de tonnes D’équivalent CO2 ont été émises dans le trafic en 2021. Ainsi, les émissions de gaz à effet de serre de ce secteur sont supérieures de 1,2% à la valeur de 2020 et d’environ 3 millions de tonnes aux émissions annuelles de 145 millions de tonnes D’équivalent CO2 autorisées par la loi fédérale sur la protection du climat pour 2021.

L’une des raisons en est le transport routier de marchandises, qui est revenu sur les autoroutes à un niveau légèrement supérieur à celui de 2019. En revanche, le trafic automobile est encore plus faible qu’avant la pandémie de Corona (2019), ce qui ressort des chiffres des ventes de carburants et des données des points de comptage des autoroutes et des routes fédérales. Dans le secteur industriel, les émissions ont augmenté de plus de 9 millions de tonnes D’équivalent CO2 par rapport à l’année précédente (+5,5%).

Avec près de 181 millions de tonnes D’équivalents CO2, elles sont ainsi restées presque au Niveau de 2019, mais légèrement inférieures aux émissions annuelles de 182 millions de tonnes D’équivalents CO2 fixées dans la loi fédérale sur les changements climatiques. Les effets conjoncturels de rattrapage résultant de la crise coronarienne et l’utilisation accrue de combustibles fossiles jouent ici un rôle important. Le pourcentage le plus significatif a été enregistré dans l’industrie sidérurgique, où la production D’acier brut a augmenté d’environ 12%.

Dans l’industrie manufacturière (part liée à l’énergie), les émissions ont augmenté d’environ sept millions de tonnes D’équivalent CO2, soit 6,4%. En 2021, le secteur des bâtiments a connu une réduction des émissions de près de 4 millions de tonnes D’équivalents CO2 (moins 3,3%) à environ 115 millions de tonnes D’équivalents CO2. Malgré cette réduction des émissions, le secteur du bâtiment dépasse, comme L’année précédente, les émissions annuelles autorisées en vertu de la loi fédérale sur la protection du climat, qui s’élève à 113 millions de tonnes D’équivalents CO2.

La réduction des émissions est essentiellement due à une réduction significative des achats de fioul. Les stocks de fuel-oil ont déjà été considérablement augmentés en 2019 et 2020 en raison des prix favorables et dans l’attente de la Loi sur le commerce des émissions de combustibles. En revanche, la consommation de gaz naturel a augmenté en raison des conditions météorologiques.

Dans le secteur agricole, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué d’un peu plus de 1,2 million de tonnes D’équivalents CO2 (moins 2,0%) pour atteindre 61 millions de tonnes D’équivalents CO2. Le secteur reste ainsi nettement inférieur aux émissions annuelles de 68 millions de tonnes D’équivalents CO2 fixées pour 2021 dans la loi fédérale sur le climat. La Baisse du Nombre d’animaux se poursuit.

Le nombre de bovins a diminué de 2,3% et le nombre de porcs de 9,2%. En conséquence, il y avait moins de lisier, ce qui explique pourquoi les émissions liées à la fertilisation ont également diminué (-4,0% par rapport à 2020). Cependant, la nette baisse du montant annuel des émissions est principalement due à des améliorations méthodologiques dans le calcul des émissions.

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.